La lutte anti-drones pour les Jeux Olympiques de Paris questionnée au Sénat

, La lutte anti-drones pour les Jeux Olympiques de Paris questionnée au Sénat
, La lutte anti-drones pour les Jeux Olympiques de Paris questionnée au Sénat

C’est un des nombreux volets de la gigantesque panoplie de sécurité et de défense qui sera déployée pendant les Jeux : la lutte anti-drones (LAD), dont la coordination est assurée par l’Armée de l’air. Président de la commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées du Sénat, Cédric Perrin (LR, sénateur du Territoire de Belfort) avait livré ses inquiétudes sur le sujet à plusieurs reprises l’an dernier, évoquant un potentiel « dysfonctionnement » du système de lutte anti-drones Parade, au coeur du dispositif de sécurisation des grands rassemblements.

Ces interrogations sur la LAD, notamment liées au déploiement de Parade (pour « Protection déployable modulaire anti-drones »), ont déclenché le lancement d’une discrète mission d’information au Sénat, fin décembre, conduite par trois rapporteurs : Loïc Hervé (Union Centriste, sénateur de Haute-Savoie), Rachid Témal (PS, sénateur du Val-d’Oise) et Philippe Paul (LR, sénateur du Finistère). Plusieurs auditions qui concernent à la fois des responsables de la défense nationale, de la sécurité intérieure et des industriels, comme Thales, sont en cours depuis le début de l’année et vont se poursuivre en février. Emmanuel Chiva, le Délégué général pour l’armement, a été notamment auditionné ce mercredi, selon nos informations, pour exposer, entre autres, le taux de réussite du système Parade.

Questions « sensibles » mais pas « taboues »

« Cédric Perrin (le président de la commission de défense) s’est dit qu’il serait opportun, avec les différents échos dont il disposait, de lancer une mission pour savoir s’il y avait vraiment un risque dans l’organisation des JO, rembobine Philippe Paul, l’un des trois rapporteurs. Il faut s’assurer que tout fonctionne bien et qu’on ne sera pas dans le dur. » Une « répétition » a déjà eu lieu lors de la dernière Coupe du monde de rugby, à l’automne. Bilan : 55 drones ont été détectés dans les zones interdites, indiquait le média Air et Cosmos, mi-décembre. Pour 25 engins brouillés et 9 télépilotes interpellés.