Guerre en Ukraine : drones en contreplaqué ou en carton, missiles à petit prix… quand le conflit prend le tournant du « low-cost »

, Guerre en Ukraine : drones en contreplaqué ou en carton, missiles à petit prix… quand le conflit prend le tournant du « low-cost »
, Guerre en Ukraine : drones en contreplaqué ou en carton, missiles à petit prix… quand le conflit prend le tournant du « low-cost »

l’essentiel À l’heure où l’approvisionnement en armes occidentales s’amenuise, les forces ukrainiennes se tournent  vers du matériel de guerre à petit prix.

Il y a la guerre des milliards, des canons Caesar et des chars Abrams. Et puis il y a celle des bouts de ficelle, des drones en contreplaqué, des missiles low-cost… L’armée ukrainienne, confrontée au tarissement de l’aide occidentale et à « une pénurie » grandissante « de munitions », ainsi qu’a alerté jeudi 18 janvier son ministre de la Défense Roustem Oumerov, fait de plus en plus appel à son industrie privée pour supporter son armée régulière.

A lire aussi : DECRYPTAGE. Guerre en Ukraine : livraison d’armes, formation de soldats, diplomatie… Où en est l’aide française après deux ans de conflit ?

Dernier exemple en date : le drone AQ-400 Schyted. Conçu par la société ukrainienne Terminal Autonomy, ce drone kamikaze a vu sa production multipliée par 10 depuis le début du conflit opposant Kiev à Moscou. Sa spécificité : son châssis fait de panneaux de contreplaqué, produits par un réseau d’usines de meubles. Un choix qui, selon Terminal Autonomy, permet de s’affranchir d’une main-d’œuvre qualifiée et donc d’en produire en grandes quantités. 

[embedded content]

L’AQ-400 « est aux antipodes des drones MALE [pour moyenne altitude, longue endurance, NDLR] occidentaux », analyse sur X le consultant en risques internationaux Stéphane Audrand. « Petit moteur thermique, roues de brouette, fuselage conçu avec du contreplaqué issu d’une usine d’ameublement… Pourquoi ? Parce que c’est encore moins cher et plus simple que la fibre de verre », analyse le spécialiste.

On est aux antipodes des drones MALE occidentaux. Petit moteur thermique, roues de brouette, fuselage conçu avec du contreplaqué issu d’une usine d’ameublement. Pourquoi ? Parce que c’est encore moins cher et plus simple que la fibre de verre. 7/ pic.twitter.com/rRISgCb7Th

— Stéphane Audrand (@AudrandS) January 17, 2024

Un drone à assembler « comme une bibliothèque Ikea »…

Autre exemple encore plus insolite de ces productions « low-cost » : le « Corvo Precision Payload Delivery System », ou PPDS. Derrière ce nom sophistiqué se cache en fait… un drone en carton.

Produit par la firme australienne Sypaq Systems, cet engin sans pilote, propulsé par catapulte, permet de « délivrer des munitions, de la nourriture et des soins médicaux directement sur la ligne de front », précise le site Interesting Engineering. Vendu dans un emballage « pas plus grand qu’une boîte de pizza » selon Korii, il s’assemble « comme une vulgaire bibliothèque Ikea ».

[embedded content]

« Le missile du peuple »

Autrement plus dévastateur mais tout aussi bon marché, le missile de croisière Trembita – que les Ukrainiens surnomment « le missile du peuple » – est un autre de ces engins « à petit prix » produit massivement par les forces de Kiev. En raison de sa simplicité d’utilisation et de son prix – environ 10 000 dollars USD, soit un peu plus de 9 000 euros – l’objectif de l’armée ukrainienne est en effet d’en produire « au moins un millier d’unités chaque mois », rapporte TF1Info. Très bruyant envoyé « par groupe de 20 ou 30″, ce missile permet essentiellement d' »effrayer l’ennemi », même s’il est capable de transporter jusqu’à 25 kg d’explosif.

« L’Ukraine est un conflit dans lequel on innove par le bas : c’est-à-dire qu’on y développe des matériels et des équipements moins chers, plus faciles à produire en masse, dont le rapport performance/prix baisse. C’est assez normal pendant les conflits prolongés », écrit encore Stéphane Audrand.

A lire aussi : Guerre en Ukraine : à quoi va servir la « coalition artillerie » lancée à Paris ?

« L’économie de guerre, c’est ça : faire feu de tout bois, mobiliser sous contrôle de l’État chaque branche de l’économie pour qu’elle puisse apporter un ‘petit quelque chose’ au moins au front, tout en sanctuarisant les besoins primordiaux de la population », conclut le consultant.

La chronique a été générée du mieux possible. Dans la mesure où vous envisagez de mettre à disposition des informations supplémentaires à cet article sur le sujet « Pilote de Drone pour nouveaux points de vues » vous pouvez adresser un message aux contacts indiqués sur ce site web. comzy.fr est une plateforme numérique qui archive diverses actualités publiées sur le web dont le domaine de prédilection est « Pilote de Drone pour nouveaux points de vues ». Ce texte autour du thème « Pilote de Drone pour nouveaux points de vues » fut sélectionné sur le web par les spécialistes de la rédaction de comzy.fr. En consultant régulièrement nos pages de blog vous serez au courant des futures annonces.