Guerre en Ukraine : à Kiev, plongée dans le « cimetière » des drones russes

, Guerre en Ukraine : à Kiev, plongée dans le « cimetière » des drones russes
, Guerre en Ukraine : à Kiev, plongée dans le « cimetière » des drones russes

Dans un quartier résidentiel proche du centre de Kiev, des carcasses de missiles et de drones-suicides attendent leur dissection, ou rouillent après avoir été désossées. «Là, ce sont les restes d’un missile de croisière X-55, ceux-là viennent d’une bombe qui a été larguée sur Boutcha », désigne à toute vitesse Andryi B., le directeur du laboratoire d’analyse militaire de l’Institut de police scientifique de Kiev (KNDISE).

Pour des raisons de sécurité, on nous demande de taire les lieux et l’identité de ses agents. La dizaine d’hommes qui y travaillent décortiquent tout ce que l’armée russe tire sur l’Ukraine depuis le début de l’invasion, le 24 février 2022. Sous l’autorité du ministère de la justice, ils nourrissent les procédures judiciaires nationales et celles de la Cour pénale internationale, en tant qu’unité spécialisée : les experts à Kiev.

À la tête d’un service compétent sur l’ensemble du territoire et disposant d’antennes régionales, Andryi B. est bien placé pour observer les évolutions des modes opératoires des forces russes. Depuis quelques semaines, les attaques très loin derrière la ligne de front ont repris avec une intensité nouvelle. Presque plus une nuit ne s’écoule sans une attaque aérienne, y compris sur la capitale, qui avait traversé l’été et l’automne plutôt sereinement.

Le 29 décembre, une frappe russe de grande ampleur a provoqué la mort d’au moins 28 personnes à Kiev, le plus lourd bilan civil dans un bombardement de la capitale depuis le début de l’invasion. Deux semaines plus tôt, le 13 décembre, une cinquantaine de civils avaient été blessés lors de l’interception réussie, d’après l’armée ukrainienne, de dix missiles balistiques russes.

La nuit du réveillon n’a pas été plus calme, avec 90 drones kamikazes Shahed tirés par la Russie sur l’ensemble du pays, un record. 87 auraient été interceptés, selon les autorités ukrainiennes.

Soudures manuelles et composants étrangers

Ces « munitions rôdeuses » conçues par l’Iran et fournies en quantité à la Russie, qui les a rebaptisées « Gueran », sont de loin les projectiles les plus couramment employés par Moscou. Et ils font l’objet d’évolutions constantes. « Depuis environ un mois, ils sont peints en noir, à la main, pour éviter qu’ils reflètent la lumière quand on les illumine avec nos projecteurs dans la nuit », pointe Andryi B.

L’expert montre les débris de couleur sombre sous un abri de l’allée, et insiste sur le numéro de série : « bl » (une lettre de l’alphabet cyrillique) suivi de chiffres. Cette série est assemblée en Russie à partir de composants iraniens, explique-t-il. À l’inverse, les modèles précédents (M suivi de chiffres) avaient été acquis « sur étagère » (clés en main) auprès de la République islamique. La dernière génération est la série K : des modèles fabriqués en Russie avec de l’explosif russe « plus puissant » et des composants d’origines différentes.

C’est l’autre mission de ces experts : ils plongent dans l’infiniment petit et le détail de chaque pièce pour essayer de reconstituer les réseaux d’approvisionnement en pièces détachées, mesurant ainsi l’effet des sanctions que les Occidentaux ont imposées pour enrayer la machine de guerre industrielle russe. Dans l’un des préfabriqués, le spécialiste en électronique de l’équipe note que la conception des missiles évolue, avec « des soudures manuelles », ce qui suggère des modifications ponctuelles. «Pour remplacer ce qui manque à cause des sanctions», complète le chef.

Et l’équipe continue de trouver des composants étrangers. Andryi B. énumère tous azimuts : un carburateur irlandais extrait d’un Shahed, un autre « made in Japan », des optiques Sony dans un drone d’observation russe Kartograf… Impossible pour Andryi B. et ses hommes de certifier que ces composants ont été détournés de leur usage, ou conçus à dessein pour ces systèmes d’armes.

La chronique a été générée du mieux possible. Dans la mesure où vous envisagez de mettre à disposition des informations supplémentaires à cet article sur le sujet « Pilote de Drone pour nouveaux points de vues » vous pouvez adresser un message aux contacts indiqués sur ce site web. comzy.fr est une plateforme numérique qui archive diverses actualités publiées sur le web dont le domaine de prédilection est « Pilote de Drone pour nouveaux points de vues ». Ce texte autour du thème « Pilote de Drone pour nouveaux points de vues » fut sélectionné sur le web par les spécialistes de la rédaction de comzy.fr. En consultant régulièrement nos pages de blog vous serez au courant des futures annonces.