Au salon de l’aéronautique de Berlin, l’industrie de la défense veut capitaliser sur le réarmement de l’Allemagne

, Au salon de l’aéronautique de Berlin, l’industrie de la défense veut capitaliser sur le réarmement de l’Allemagne

Après le «changement d’époque» évoqué le 27 février 2022 trois jours après l’invasion de l’Ukraine, le chancelier allemand Olaf Scholz a enfoncé le clou ce mercredi 5 juin en évoquant un «revirement de la politique de défense». «Nous devons relancer la production d’armement en Allemagne et en Europe face aux menaces géopolitiques», a-t-il déclaré sur le salon de l’aéronautique allemand (ILA) à Berlin. C’est pourquoi le chef de l’Etat a confirmé une nouvelle commande de 20 Eurofighters supplémentaires avant la fin de cette législature, en plus des 38 appareils actuellement en développement pour remplacer les vieux Tornado de l’armée de l’air. De quoi donner de la visibilité aux industriels allemands de la défense.

Nouvelle unité de production d’obus pour Rheinmetall

Depuis l’adoption d’un fonds spécial de 100 milliards d’euros jusqu’en 2027 pour réarmer la Bundeswehr, l’ambiance avait rarement été aussi détendue sur le salon de l’aérospatial qui se tient dans la périphérie de la capitale allemande. «Nous avons un sentiment mitigé, confie le major général de l’armée de l’air allemande Lutz Kohlhaus. D’un côté, les conflits dans le monde nous remplissent de tristesse. De l’autre, ils ouvrent une fenêtre d’opportunités pour notre industrie». Et de fait, l’ILA a beau couvrir les domaines civils et militaires, cette année, ce sont surtout les drones, boucliers anti-missile et autres chars qui sont mis à l’honneur.

Outre les 20 Eurofighters, développés par un consortium incluant Airbus, BAE Systems et Leonardo, le fabricant d’armes Rheinmetall a également fait savoir que l’armée avait officialisé une commande de 200 000 obus d’artillerie de 155 mm supplémentaires pour une valeur d’environ 880 millions d’euros. L’objectif de ce contrat est de permettre à l’industriel allemand de financer la construction de sa nouvelle unité de production d’obus à Unterlüss, site historique du groupe situé dans le nord de l’Allemagne.

Rafael, fournisseur israélien de missiles
Contrairement au salon de l’armement Eurosatory, qui ouvre le 17 juin à Villepinte (Seine-Saint-Denis), qui a annulé la venue de 70 exposants israéliens, plusieurs entreprises de défense venues d’Israël sont présentes à l’ILA de Berlin, dont le fournisseur de missiles Rafael.

«L’industrie allemande a besoin de visibilité sur le long terme, bien après que les commandes actuelles aient permis de rattraper le retard. Cela nous permettra de construire sereinement nos chaînes d’approvisionnement et d’embaucher», a de son côté souligné Thomas Gottschild, directeur général de l’équipementier MBDA.

«L’armée et l’industrie doivent travailler main dans la main»

Or, les entreprises allemandes ont longtemps reproché aux dirigeants de trop avoir recours aux achats «sur étagère» de produits américains pour gagner du temps, à l’image de l’achat des 35 avions de combat américains F-35A Lightning II. Ils devraient être livrés entre 2026 et 2029. Au total, l’Allemagne a passé près de 380 contrats d’armement avec des entreprises américaines pour un montant de 23 milliards d’euros.

Bouclier antimissile
Bouclier antimissile, composé du système allemand à courte portée IRIS-T SLM, du Patriot américain à portée moyenne et de la défense antimissile balistique à longue portée israélienne Arrow-3.

«La guerre en Ukraine et la situation en Israël nous ont montré que la politique, l’armée et l’industrie doivent travailler main dans la main. Je pense que le message est arrivé jusqu’au gouvernement allemand», se rassure Thomas Gottschild, évoquant notamment l’initiative Sky Shield, qui regroupe 21 pays derrière l’Allemagne. Ce bouclier antimissile est composé du système à courte portée IRIS-T SLM, fournis par l’Allemand Diehl Defence, du Patriot américain à portée moyenne et de la défense antimissile balistique à longue portée israélienne Arrow-3. Dans le cadre d’une commande de l’Otan, Comlog, entreprise conjointe constituée par le groupe américain Raytheon et MBDA Allemagne, a obtenu début janvier un contrat d’une valeur de 5,1 milliards d’euros pour construire jusqu’à 1 000 missiles de défense Patriot. «Cela nous permet de doubler notre capacité de production en construisant un site de production en Allemagne, à Schrobenhausen», poursuit Thomas Gottschild. Désormais, les industriels attendent du gouvernement qu’il maintienne sa promesse d’atteindre l’objectif de dépense de 2% du PIB, même après l’épuisement du fonds spécial de 100 milliards.

La chronique a été générée du mieux possible. Dans la mesure où vous envisagez de mettre à disposition des informations supplémentaires à cet article sur le sujet « Pilote de Drone pour nouveaux points de vues » vous pouvez adresser un message aux contacts indiqués sur ce site web. comzy.fr est une plateforme numérique qui archive diverses actualités publiées sur le web dont le domaine de prédilection est « Pilote de Drone pour nouveaux points de vues ». Ce texte autour du thème « Pilote de Drone pour nouveaux points de vues » fut sélectionné sur le web par les spécialistes de la rédaction de comzy.fr. En consultant régulièrement nos pages de blog vous serez au courant des futures annonces.